Homard

TECHNIQUE DE CHASSE sous marine du homard

Il est interdit et très peu sportif de flécher ce crustacé. Détournez son attention en « titillant » l’extrémité de son abdomen pour qu’il fasse demi-tour est une méthode pour parvenir à s’en saisir! Vous pouvez utiliser votre flèche pour le faire sortir en le poussant ou placer un appât à l’entrée de son trou mais vous devez l’attraper à la main, voila la vrai technique de pêche du homard.

Vidéo de très belle pêche de homard en pêche sous marine, l’action commence au bout de 3 minutes, 7 homards sont capturés.

Description

Carapace bleuâtre allongée (et non pas rouge, çà c’est quand il est cuit :D) , formée du céphalothorax et de l’abdomen terminé par une puissante nageoire caudale. Rostre entre les yeux.<

Les homards ont une pince coupante et une pince broyeuse.

Ils peuvent être gauchers ou droitiers.

Comportement

Les juvéniles vivent en bord de côte, colonisant les fonds rocheux et meubles où ils s’abritent dans des crevasses, cavités diverses ou terrier qu’ils creusent. Les adultes sont plus sédentaires et occupent les mêmes biotopes (entre 5 et 100 m). Le jour ils occupent leur trou et la nuit ils se mettent en quête de nourriture.

Le homard est un maniaque du terrassement. Il entretient sont trou en enlevant les algues, les pierres ou les coquillages qui le gênent. Il forme ainsi un monticule ou un petit tas de sable ou de débris devant son antre. Il prend soin le plus souvent de s’installer dans un trou ou sous une dalle ou crevasse comportant une voire plusieurs sorties de secours car devant un danger trop grand pour lui , il choisira comme option la fuite !

homard dans son trou

Il partage parfois son refuge avec un autre homard mais son but sera de déloger l’intrus pour être le seul à jouir de la cachette. Congres, vieilles et tacauds sont souvent des colocataires plus ou moins encombrants, surtout le congre qui se régalera du crustacé si celui ci à le malheur de faire sa mue à proximité ! Les crevettes sont de petites squatteuses opportunistes qui se tiennent devant le trou et autour du homard. Elles se régalent des restes de ses repas tout en étant « protégées » par ce collègue poids lourds qui repoussera les poissons trop insistants.

Le homard a pour particularité de lâcher ses pinces en cas de danger. Il faut impérativement le saisir par la « tête » (le céphalothorax) pour ne pas se retrouver avec une paire de pinces dans la main et un crustacé mutilé. Même si celles ci repoussent au bout de plusieurs mues (surtout quand le homard est jeune) , nul doute que l’animal ainsi diminué à des chances de survie moindre. A éviter donc !

Si vous n’êtes pas sur de pouvoir le saisir par devant ou par le côté, faites le se retourner : pour cela glisser votre flèche derrière lui en passant par le côté et venez le titiller ou le pousser au niveau de sa caudale. Se sentant en danger par cette attaque sournoise 😀 il va faire volte face pour pincer l’agresseur ou fuir en marche arrière. C’est à ce moment que vous l’attrapez ! 🙂

Alimentation

Le régime diversifié est omnivore, voire nécrophage (bivalves, algues, crustacés, poissons).

Aire de répartition

Du Maroc à la Norvège et en Méditerranée.

Croissance

(85 mm / 4 ans ; 1kg à 6 ans). Peut vivre environ 20 ans.

Reproduction

Dès l’âge de 4-5 ans chez la femelle (97 mm et 600 g). L’accouplement se fait après la mue automnale de la femelle qui pond ses oeufs (50 000) en été-automne.

Si vous trouvez un homard qui porte des oeufs, laissez le se reproduire, comme sure cette vidéo de pêche sous marine exemplaire!

L’éclosion nocturne a lieu au printemps-été suivant et donne naissance à des larves planctoniques qui assurent la dissémination de l’espèce.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *