Congre

Technique de chasse sous marine du congre

En chasse sous marine le congre est souvent une des premières rencontres du débutant car on le trouve à trou. Il est facile à approcher et à tendance à rester dans son trou  à moins d’être vraiment dérangé. Vou spouvez cependant le croiser en pleine eau lorsqu’il change de trou ou lorsqu’il se déplace pour chasser ses proies (poissons, céphalopodes et crustacés) comme sur cette vidéo de gongre en pleine eau

Idée reçues : le congre n’est pas un animal maléfique ou une bête nuisible à éradiquer comme on entend parfois ! Sans doute son faux air de serpent qui lui cause du tort… C’est un animal peu dangereux sauf lorsqu’il est mal tiré ou mis au sec sur la cale d’un bateau. Dans ce cas il peut mordre et occasionner de graves blessures dans un réflexe désespéré de survie. En dehors de cela c’est un animal qu’on peut observer à loisir et approcher de très près et qui a toute sa place dans l’écosystème. Il est donc inutile de le flécher sauf si vous compter honorer votre prise en le préparant et le cuisant convenablement (découvrir une recette de congre)

La technique pour le pêcher est la chasse à trou. Il faut le tirer le mieux possible car sinon c’est la boucherie, pour l’animal comme pour votre flèche qu’il risque de tordre voir de casser. Le congre se contorsionne et s’enrague vigoureusement dans son trou quand il est mal tiré. Il faut le sécher en le tirant par le dessus en arrière de la tête et le sortir immédiatement de son trou en tirant sur la flèche sans lui laisser le temps de réagir. Ensuite il faut planter la dague dans le crane pour l’achever. Le congre reste pourvu de réflexes même mort, ne vous étonner pas de le voir continuer à bouger. La maille éthique est d’au moins 100 cm et une ou deux belles prises dans l’année devraient suffire si vous êtes pourvu d’un congélateur. Il est l’ingrédient indispensable de la fameuse soupe de poisson même si on peut aussi le cuisiner en darnes, en daube ou encore en accras.

Si vous n’êtes pas particulièrement adeptes de ces recettes concentrez vous sur un habitant plus intéressant qui fréquente les même zones : le homard !

Caractéristiques

  • Taille maximale : 300 cm.
  • Taille commune : 50 cm – 200 cm.
  • Poids maximal : 110 kg.

Description

Le congre a le corps très allongé. Ses nageoires pectorales sont plus développées et allongées que l’anguille. Les nageoires anales et dorsales sont longues et réunies. La mâchoire supérieure est saillante. Le dessous est plus clair que le dessus de l’animal.

Répartition géographique

Atlantique nord-est, Manche, méditerranée.

Habitat

Le congre se rencontre de préférence sur les fonds rocheux et sableux. de 0 à 200 m. Il peut être noir, marron, gris, ou blanc lorsqu’il est sur le sable. Juvénile, il vit dans les eaux cotières puis migre vers des eaux plus profondes à l’âge adulte. Le congre est le plus souvent dans un trou ou sous une dalle, en compagnie d’autres poissons ou crustacés. Il peut être accompagné de tacauds, bouquets, homards, vieilles, etc

Alimentation

Le congre est un prédateur nocturnes. Ses proies : poissons, crustacés et céphalopodes. Il s’approche doucement de sa proie puis s’en saisit brusquement. Il l’avale ensuite ou la déchiquette avec sa mâchoire puissante et ses dents pointues. Il peut aussi tourner sur lui même, surtout lorsqu’il se sent en danger. Opportuniste, il peut se nourrir de cadavres.

Reproduction

On suppose que les congres font une migration pour rejoindre leurs aires de frai situées en méditerranée en eaux profondes. Les adultes se rassemblent et pondent leurs œufs puis meurent après la reproduction.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *