Chasse sous marine à l’indienne

Qu’est ce que la chasse sous marine à l’indienne? Le chasseur sous marin avance très lentement en étant le plus discret possible pour surprendre le poisson. Comme ce beau denti qui ne voit rien venir lors d’une indienne au fond !

Mais il est aussi possible d’évoluer en surface uniquement. Cette technique permet dans des spots précis de capturer de beau poisson en train de se reposer ou de se nourrir.

C’est une chasse très riche ou la discrétion est le maitre mot. L’indienne est souvent considérée comme la technique des débutants. C’est vrai que c’est une technique instinctive, accessible à tous, ce qui ne veut pas dire qu’elle soit aisée a maitriser bien au contraire ! D’ailleurs ce n’est pas un hasard si de nombreux anciens de la pêche sous marine excellent à cette technique et parviennent à faire d’impressionnantes pêches dans peu d’eau, grâce à la finesse de leur pratique et leur connaissance du milieu.

C’est une pêche ou il faut aller vers le poisson, au plus prêt, plutôt que de le faire venir; la satisfaction d’avoir « été chercher » le poisson à l’endroit ou il se trouve peut procurer de grandes joies tout comme un long agachon ou une belle coulée. L’effet de surprise est vraiment total car le tir se fait sur un poisson occupé à manger, ou se déplaçant sans avoir détecté de menace.

Pour autant le poisson a un instinct de survie très développé. La moindre perturbation dans son environnement (bruit, vibration, bulle) le fait passer en mode « danger » et c’est là qu’on se rend compte qu’il est moins endormi qu’il n’en a l’air. Souvent le chasseur, voyant le poisson « à sa merci » se met à gamberger sur l’angle de tir ou à viser plus que de raison. En agissant ainsi, il donne à sa proie le temps de réaliser la présence d’un intrus (armé d’une arbalète en plus !) et de s’enfuir sans demander son reste.

C’est donc une chasse ou il faut avoir beaucoup de sang froid et prendre des décisions très rapides, car la fenêtre de tir est souvent très mince et le poisson qui a détecté le chasseur va gicler pour ne presque jamais revenir !

Il y a deux types d’indiennes.

1/ L’indienne de surface :

Elle consiste à surprendre le poisson dans très peu d’eau dans des zones très encombrés par les roches ou les algues. Le poisson ne peut pas localiser le chasseur car il y a trop d’obstacles, ou il va le localiser mais trop tard. Le chasseur peut surprendre le poisson : au détour d’un rocher comme dans le sud, mais le poisson peut aussi passer devant le chasseur sans l’avoir repéré. Il peut ainsi espérer surprendre des loups, des dorades ou des muges. Parfois on peut aussi faire de grosses prises dans très peu d’eau !

Le chasseur peut rencontrer du poisson dans les algues comme c’est le cas pour les bars qui aiment se caler dans très peu d’eau, ou au détour d’une roche ou dans une faille comme sur les moulières où on trouvera des dorades, des sars et des vieilles.

2/ L’indienne au fond

Elle consiste à se déplacer lentement au fond de l’eau afin de surprendre des poissons endormis ou en train de se nourrir. Le chasseur doit éviter les bruits parasites au fond de l’eau qui pourraient effrayer le poisson. Le lestage est très important car il dépend des conditions.

Exemple 1 : chasse dans quatre mètres d’eau, roches battues par la houle. Le plongeur doit être correctement lesté car il doit pouvoir évoluer au fond de manière à surprendre des poissons présents sous la surface. Bien plaqué à la roche, le chasseur arrive par le bas en utilisant le relief pour surprendre les poissons. Si est peu lesté il va remonter à la surface comme un bouchon étant donné le peu de profondeur.

Exemple 2 : indienne sur 10 mètres, au dessus d’éboulis ou de champs d’algues. Le plongeur doit être neutre à 7/8 mètres. S’il est trop plombé il ne pourra pas survoler le fond en restant à distance, il va couler, ce qui va l’obliger à palmer et donc effrayer le poisson. S’il est peu plombé, il va au contraire remonter vers la surface ou évoluer tête en bas et palmes vers le haut, ce qui est une mauvaise position pour espérer pêcher.

L’indienne au fond est aussi une technique pour s’approcher en toute discrétion d’un poste d’agachon. Une coulée silencieuse, puis une indienne dans les éboulis (qui peut se solder par la prise d’un joli sar en train de se nourrir) afin de trouver le tombant au bord duquel on va tenter un agachon ou un tir à la volée.

Parfois le poisson ne semble pas se déplacer. L’indienne est alors un moyen d’aller vers le poisson . Si à l’agachon on distingue des poissons qui semblent occupés à manger, on peut tenter de les faire venir en faisant du bruit (écraser des moules, soulever du sable, gratter la roche, bruits de gorge, bulles etc) mais vous pouvez tout aussi bien faire fuir le banc. L’autre solution consiste à se décoller légèrement du fond, avancer doucement le fusil en retrait en s’aidant des palmes ou de la main libre, puis tendre le bras et déclencher le tir sur la cible choisie. Une technique qui peut s’avérer payante avec certains poissons, notamment les sars et les labres.




En l’indienne peut être combinée avec d’autres techniques de chasse sous marine, selon votre envie ou votre instinct du moment !

Retour à la catégorie techniques de chasse sous marine

 

One Comment

  1. Pingback: Chasse à l'indienne | Technique de chasse sous-marine | Le Petit Plongeur

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *